La canne a été posée ce matin !

Le Gouvernement a décidé d’octroyer l’équivalent de 4 Milliards d’euros aux start-up. Cédric O, en tête de ligne, s’est associé au Grand Plan d’Investissement – Investir l’Avenir et à BPI France ce 25 Mars 2020 pour venir en aide aux start-up encore fragiles afin de repêcher l’économie en préservant sa continuité. Puis, en préservant surtout les emplois comme l’indique lui-même le Secrétaire d’État chargé du Numérique : 

Les start-up ont un poids croissant dans l’économie, en particulier dans les emplois. Elles développent également des produits et services innovants dont l’utilité est d’autant plus reconnue par les Français dans le contexte du confinement, notamment pour la téléconsultation, le télétravail ou la livraison. Du fait de la spécificité de leur modèle de développement, il convenait de prendre des mesures d’urgence dédiées afin de soutenir, aux côtés de leurs actionnaires, celles dont l’activité est fortement affectée par le COVID-19. Au total, ce sont près de 4 Milliards d’euros dont vont pouvoir bénéficier les start-up pour leur trésorerie.”

4 Milliards en 5 points

En premier lieu, pour les start-up étant entre deux levées de fond, elles pourraient bénéficier du Programme Investissement Avenir qui s’évalue à 80 Millions d’euros. 

Ensuite, l’État devrait aider à la hauteur de 2 Milliards d’euros l’ensemble des entreprises sous forme de prêts de trésorerie où chaque soutien ira jusqu’à l’équivalent du double de la masse salariale de 2019 voire 25% du CA annuel d’une entreprise. 

En troisième point, le remboursement de Crédits d’Impôts de la part de l’État envers les start-up tenant compte des Crédits Impôts Recherche (CIR) et Crédits TVA. Pour les remboursements CIR de 2019, ils atteindraient l’équivalent de 1.5 Milliards d’euros.

Puis : Le versement des 250 Millions d’euros d’aides liées au Plan Investissement Avenir qui n’auraient pas encore fait l’objet de versement.

En cinquième et dernier point : BPI France assure le déblocage 1,3 Milliards d’euros d’aides aux entreprises avec l’aide de l’État. Ces indemnités sont versées selon le plan d’aides à l’innovation prévu pour 2020. 

Ne pas laisser passer nos atouts

Pour Cédric O, les raisons de ce plan de secours est plutôt simple : 

Nos start-up prennent “une place de plus en plus importante dans notre économie en matière de croissance et de création d’emplois”, avant d’ajouter “qu’elles permettent également de répondre à de nombreux défis sociétaux”.

Du fait de leur impact auprès de la population via leur agilité et leur flexibilité, les start-up représentent une part majeure de l’économie. Toutefois, nombreuses d’entre elles se retrouvent fortement impactées par le confinement COVID-19. Cédric O compte même sur celles qui sont spécialisées dans la télé-médecine, le travail collaboratif ou encore les plateformes d’e-learning pour aider l’ensemble de la population à avoir des alternatives dues aux mesures de confinement.

D’après lui, il est nécessaire de venir en aide à celles qui misent sur une activité de rentabilité sur le long terme :

“De nombreuses start-up demeurent fragiles en raison d’un modèle de développement fondé sur des investissements conséquents, une forte croissance et l’atteinte de la rentabilité après plusieurs années d’activité.

Avec toutes ces aides, allons repêcher nos pépites !

bercy government gouvernement france économie economy finance start-up